Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault

 


La « Structure » de Tuchel

« Animation », « Système », ou « Structure de jeu » ? Si les deux premières appellations nous sont familières, la troisième en revanche nous interpelle. Tentative (très subjective) d’éclaircissement sous le projecteur du match PSG-Liverpool.

L’arrivée de Thomas Tuchel dans le paysage footballistique français a quelque peu changé le vocabulaire en vigueur dans les points presse. Ainsi, lorsque des journalistes l’interrogent sur l’utilisation de tel ou tel système de jeu ou sur la récurrence d’animations spécifiques, le technicien allemand évoque fréquemment et prioritairement la notion de « structure de jeu ». Tant qu’une certaine confusion peut se faire jour dans l’esprit des observateurs : mais quelle différence établir « système tactique », « animations de jeu » et « structure » ? En l’absence d’un Petit Larousse officiel des appellations liées au football, nous pouvons toujours essayer d’en dresser une définition officieuse. Ce qui ne s’avère guère difficile pour les deux premières d’entre elles :

Le système de jeu, associé fréquemment à l’organisation de jeu, répartit les joueurs géographiquement sur le terrain et distribue les rôles pour chacun d’entre eux sur le rectangle vert. À ce titre, il tend à définir la relation entre les différentes lignes et les interactions des joueurs au sein d’une même ligne.

Les « animations de jeu », pour leur part, ont pour objectif de coordonner l’ensemble des déplacements offensifs et défensifs permettant aux acteurs de former ou déformer le système en fonctions des phases, des temps et des actions du jeu.

Mais qu’en est-il au juste de la « Structure de l’équipe » si chère à Tuchel ? Pour l’heure, il faut bien reconnaître que cette notion présente des contours assez flous. La structure de l’équipe semble correspondre à la configuration géométrique passant par le positionnement des joueurs les plus extérieurs au système. C’est un peu vague ? Appuyons nous sur le dernier match de Champion’s League ayant opposé le PSG à Liverpool (2-1) pour illustrer le propos. La dite structure de l’équipe est matérialisée en jaune pale dans les schémas ci-contre.

À l’entame de la rencontre, l’équipe du PSG est présentée sur les écrans de télévision comme suit (voir schéma 1 ci-dessous) :

Comme souvent, la présentation statique du système (ici un 4-4-2) traduit imparfaitement la réalité dynamique du match. Néanmoins elle donne une idée approximative de l’orientation tactique décidée en amont. Ainsi, lors de la conférence d’après match, le technicien allemand a souligné le basculement d’un système à un autre selon que sa formation était ou n’était pas en possession du ballon : « On a défendu en 4-4-2 avec deux numéro 6… (mais) notre plan était de n’en présenter qu’un seul quand on avait le ballon, avec Marquinhos s’intercalant entre nos défenseurs centraux pour créer une ligne de 3 derrière. Avec en plus deux attaquants et deux joueurs plus haut sur les côtés (Neymar-Di Maria) afin d’être dangereux grâce aux courses des attaquants dans la profondeur… » (L’Équipe 29/11). Autrement dit lors des phases offensives au cours desquelles le PSG devait remonter le ballon à partir de son propre camp, les parisiens évoluaient beaucoup plus selon les modalités d’un 3-5-2, voire d’un très offensif 3-3-4 selon le positionnement des 2 excentrés les plus hauts sur le terrain (voir schéma 2 ci-dessous) :

Une fois encore, le schéma peine à retranscrire la complexité des animations de jeu. Ainsi, toujours sur le plan offensif, lorsque Neymar rentrait dans l’axe du terrain pour prendre le jeu à son compte, Mbappé s’écartait fréquemment sur le côté gauche et la formation parisienne présentait dès lors toutes les caractéristiques d’un 3-4-3 (voir schéma 3 ci-dessous).

C’est ici qu’il nous faut reprendre le fil de notre réflexion : on peut remarquer qu’indépendamment des systèmes et des animations, la structure générale de l’équipe, sa « configuration passant par les joueurs les plus extérieurs au système » pour reprendre notre définition, demeure sensiblement la même. À savoir un octogone ou un heptagone selon que la formation présente une seule pointe ou deux attaquants axiaux. En fait, l’entraîneur allemand semble appréhender son équipe comme un objet géométrique se déformant sur le versant offensif mais programmée pour reprendre sa forme initiale lors des phases défensives afin de s’assurer d’un rendement optimal. Un objet dynamique aussi, coulissant lorsque le ballon se trouve sur les côtés adverses et se contractant comme une plante carnivore tandis qu’il pénètre en son sein.

Un constat conforté après les différents changements opérés par Tuchel. À la 65 ème minute par exemple alors que Choupo Motting et Alvès remplacent Cavani et Di Maria, le PSG s’est présenté en 4-5-1 et parfois 4-4-2 lorsque Neymar se portait à la hauteur de Mbappé. Cependant, une fois encore, la structure de jeu conserve sa forme heptagonale ou hexagonale (voir schéma 4 ci-dessous).

Même son de cloche avec la rentrée de Rabiot à la 85 ème tandis que le système ressemble alors à s’y méprendre à un 5-4-1 visant manifestement à tenir le score et densifier la moitié de terrain défensive du PSG (voir schéma 5 ci-dessous).

Résumons-nous : 6 systèmes de jeu changeant au gré des animations (4-4-2 ; 3-5-2 ; 3-3-4 ; 3-4-3 ; 4-5-1 ; 5-4-1) mais une seule structure évoluant entre heptagone et hexagone. Du moins si nous interprétons bien l’idée du technicien.

Reconnaissons enfin que cette approche géométrique du jeu n’est guère nouvelle en soi et que tracer des zones en jaune pale ne constitue pas exactement un projet de jeu. Toutefois, elle peut peut-être donner quelques idées, qui sait des pistes de travail, aux lecteurs curieux ou aux entraîneurs passionnés. Et si ce n’est pas le cas,  la persistance de Tuchel à parler de « Structure » ne manquera sans doute pas de les interpeller.

Ps : puisque nous en appelons aux lecteurs curieux et aux entraineurs passionnés, n’hésitez à faire valoir votre analyse, vos points d’accord ou de désaccord quant à cette idée de structure.

Olivier Goutard

   

Commentaires (2)

This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour Jean-Paul et merci pour votre commentaire.
"Que chacun sache ce qu'il a à faire et ce que les autres doivent faire..." C'est ma foi, le seul projet de jeu qui vaille ! Mais quant à y parvenir... C'est là que les notions de système,...

Bonjour Jean-Paul et merci pour votre commentaire.
"Que chacun sache ce qu'il a à faire et ce que les autres doivent faire..." C'est ma foi, le seul projet de jeu qui vaille ! Mais quant à y parvenir... C'est là que les notions de système, d'animation et de structure prennnent leur importance dans la mesure où elles vont nous permettre de mettre en place notre "philosphie" de jeu. Par ailleurs j'aime bien votre idée de conserver une structure permettant d'anticiper la perte de balle. Peut-être avez-vous lu le dossier de Stéphane Héros dans le dernier Vestiaires (N°86). Si non, si vous y trouverez de quoi nourrir votre réflexion sur le sujet.... Je trouve que votre commentaire fait preuve d'un solide bon sens etayé sans doute par une longue expérience. Merci encore...

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour,
Très intéressant comme article et le questionnement entre système de jeu, organisation de jeu, système de jeu, structure...bien pour des pros qui s'entrainent à chaque jour, ont la vidéo pour voir et mieux comprendre la structure ou les...

Bonjour,
Très intéressant comme article et le questionnement entre système de jeu, organisation de jeu, système de jeu, structure...bien pour des pros qui s'entrainent à chaque jour, ont la vidéo pour voir et mieux comprendre la structure ou les structures ? À mon humble avis, le tout reste toujours dans l'animation, que chacun sache ce qu'il a à faire et sait ce que les autres doivent faire. D'où le besoin de joueurs intelligents. Les schéma montrés sont statiques et on voit tout de suite les avantages et les inconvénients selon la structure et les animations demandées par le coach. Le plus important en possession de balle c'est l'équilibre de la structure en cas de perte de balle. Et le soutien des latéraux et milieux lors des attaques quelles soient rapides, placées, ou en contre-attaque. J'attends maintenant que mr Tuchel nous donne sa version...Sportivement.

Lire la suite
Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

  1. Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Une lettre d'info technique chaque lundi
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique