Management football : L’approche des matches à élimination directe

À la différence des 3 premiers matches, l’erreur n’est pas permise en phase finale ! Celle-ci se résume à faire ses bagages et rentrer à la maison. Dès lors, le plan de jeu choisi pour chaque match doit tenir compte des particularités de l’adversaire car aussi déséquilibré puisse paraître le match, nous savons tous que des équipes ont déjà perdu avec un pourcentage élevé de possession et une main mise (presque) complète sur le rapport de force. Les statistiques ne sont pas toujours à l’image du résultat final car le football n’est pas un sport de quantité ou artistique mais bien, un sport d’efficacité ! L’enjeu se situe donc dans le fait d’être plus efficace que son adversaire. Les chemins menant à celle-ci sont divers et variés et n’apportent pas de garantie à graver dans le marbre. Ce qui a marché contre l’adversaire A dans tel contexte ne convient pas forcément au match contre l’adversaire B dans un tout autre contexte. Chaque match reste unique ! Donc, au-delà de l’enjeu d’efficacité, les sélectionneurs, comme tous les entraineurs, doivent faire preuve de flexibilité.

Dans son ouvrage Pep GUARDIOLA : la métamorphose, Martí PERARNAU met en exergue la capacité du coach à envisager plusieurs scénarios. Il prend en exemple la finale de la coupe d’Allemagne : Bayern Münich – Borussia Dortmund où en fonction de la composition alignée par Thomas TUCHEL, une alternative spécifique de l’animation du jeu est prévue. On peut très bien avoir ses propres principes et les adapter aux particularités de son adversaire avec pour seul but de l’emporter ! Ces particularités placent l’adversaire en position de force ou de faiblesse. Il s’agit donc de contenir ou contourner ses points forts ou bien alors, de profiter de ses faiblesses dans un secteur de jeu donné, dans des situations bien précises… C’est tout l’art du coaching ! Être capable d’actionner les bons leviers pour influencer le rapport de force est une compétence indispensable pour un coach… Considérer l’adversaire est fondamental en séance car le rapport d’opposition fait partie de l’essence de l’activité. Donc, pourquoi ne pas procéder à l’identique en match ? Le processus du match au match pour être cohérent doit intégrer ce paramètre. 

Pour en revenir à la coupe du Monde et ses phases finales, chaque match, si tant est qu’il y en ait plusieurs, sera différent et devra être appréhendé comme tel. De plus, plus on avance dans la compétition, plus l’élan populaire et médiatique augmente aussi… Le climat dans lequel les matches se jouent est donc en constante évolution et c’est un autre paramètre important ! A chaque match sa vérité, à chaque match son contexte, à chaque match sa préparation spécifique… C’est un équilibre à trouver entre maintenir des routines et ne pas tomber dans la routine ! Il ne faut donc pas tout changer tout le temps mais il faut apporter les adaptations et « les certitudes » nécessaires à son équipe pour la mettre dans des conditions optimales. Encore une fois, cela n’apporte pas de garantie car le football est incertain, ce qui fait le bonheur des parieurs sportifs mais en interne au groupe, les joueurs doivent être persuadés que c’est le bon chemin à suivre pour ce match précis ! Sachant qu’il n’y a pas de session de rattrapage, mieux vaut s’engager dans l’examen avec un maximum de convictions…

 

Pierre Sage - Expert Blog Vestiaires, la semaine du coachAuteur : Pierre SAGE
L’expert Blog Vestiaires, la semaine du coach
Twitter : @Pierre__Sage

Je m'abonne

Passion
99 €
S'abonner
Liberté
4,95 € /mois
S'abonner

Autres articles

Entrainement, le 14 juin 2024, écrit par VESTIAIRES Magazine

Travail par vagues avec 2 gardiens

Lire la suite
Entrainement, le 07 juin 2024, écrit par VESTIAIRES Magazine

Match « suisse » avec changement de statut « à la récup »

Lire la suite
Entrainement, le 31 mai 2024, écrit par VESTIAIRES Magazine

Terrain hexagonal avec 4 appuis offensifs

Lire la suite