La parole est à la défense !

 

La parole est à la défense !

Les statistiques proposées par l’UEFA au sujet de sa compétition majeure, sont formelles : Sadio Mané et Dusan Tadic, les attaquants respectifs de Liverpool et de l’Ajax d’Amsterdam, sont donc les joueurs ayant commis le plus de fautes jusqu’alors en Champion’s League. Une source d’étonnement prononcé si l’on considère le top  5 des multirécidivistes dans lequel ils devancent un défenseur réputé rugueux, Nicolas Tagliofico, et deux n°6, Sergio Busquets et Fernandinho, grands spécialistes de la faute dite utile pour couper court aux velléités des contre-attaquants adverses. Il conviendrait par souci de justice de rapporter le nombre de délits commis au nombre de matchs et de minutes joués. Un finaliste tel Mané ayant forcément plus de chances d’apparaitre dans le classement que Depay, Cavani , Mbappé ou Falcao les  avant-centre officiant à la pointe géographique des écuries française par exemple. La chose pourrait se révéler anecdotique si elle ne pointait  l’évolution en profondeur du poste d’attaquant au plus haut niveau d’une part et la mutation opérée par notre sport d’autre part. La volonté de récupérer le ballon haut sur le terrain conjuguée à celle de soumettre les défenseurs adverses à une guérilla permanente dès la première relance impactent considérablement le ratio des infractions aux lois du jeu des Goléadors maison.

Les attaquants ne peuvent plus se permettre le luxe de n’être concernés
que par les deux temps offensifs du jeu

Ce que cette singularité expose par ailleurs tient au fait que les attaquants ne peuvent plus se permettre le luxe de n’être concernés que par les deux temps offensifs du jeu. S’il leur est toujours demandé de se montrer décisifs sur les phases d’attaque placées ou rapides, ceux là ne peuvent désormais plus se dispenser du pendant défensif au risque de condamner leur équipe. Certes, le constat n’a rien de très nouveau mais vraisemblablement ne nous est-il jamais apparu aussi évident. Par ailleurs, et ce n’est pas la moindre des surprises, les entraîneurs de ma génération se réjouiront sans doute de disposer d’un tel document. Combien de fois en effet leur-il arrivé de devoir batailler des heures durant pour convaincre un attaquant de participer sans état d’âme à la récupération collective du ballon ? Combien de fois leur a-t-il fallu détricoter l’idée selon laquelle : « oui, coach, mais si je fais le travail défensif, je ne suis plus efficace lorsqu’il faut attaquer ! » Désormais la simple photocopie A3 du classement ci-contre punaisée sur les murs du vestiaire leur évitera sûrement de devoir s’acquitter d’un long  réquisitoire.

Je m'abonne

Passion
85 €
S'abonner
Liberté
4,95 € /mois
S'abonner

Autres articles

Entrainement, le 24 septembre 2021, écrit par Olivier Goutard

Transitions def-off / Sortir de la densité « à la récup »

Lire la suite
Entrainement, le 20 septembre 2021, écrit par Olivier Goutard

Travail des tirs « au poste » pour les milieux de terrain défensifs

Lire la suite
Entrainement, le 10 septembre 2021, écrit par Olivier Goutard

Trouver le partenaire derrière la ligne de pression adverse + finition / Fermer les intervalles de passes, protéger son but en situation de déséquilibre

Lire la suite