Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault

COMMENT UTILISER SON ÉLÉMENT LE PLUS FAIBLE ?

2017.S48.6 IntroJour de match !... sur le Blog Vestiaires, la semaine du coach. Nous allons en finir par cet article avec le thème de la semaine : École de football : Peut-on jouer au football sans un minimum de qualités techniques ? Tout au long de la semaine, nous avons comment appréhender le joueur dans cette situation. Aujourd’hui, nous allons voir que notre rôle dépasse souvent la fonction de base et qu’il convient de considérer l’enfant dans sa globalité. En 2012 dans Vestiaires 45, Olivier GOUTARD m’interrogeait sur le sujet : Comment utiliser son élément le plus faible ? 

2017.S48.6 Illustration 1La pire des choses serait de passer sous silence cette réalité du foot amateur : comment faire jouer le week-end un enfant très faible techniquement ? Car le fait est que le niveau entre les joueurs d'une même équipe peut s'avérer très différent, en particulier dans les petites catégories où la sélection (naturelle ou pas) ne s'est pas encore opérée. "Il me semble que la première des choses à faire est de sortir des statuts discriminants en évitant de faire porter la casquette du "joueur le plus faible" à quiconque", explique Pierre Sage, ancien manager général du FC Bourg Peronnas. "La question ne se pose pas qu’en football. A l'école, par exemple, tout le monde ne dispose pas des mêmes facultés ou facilités. La stigmatisation des plus faibles entraîne la discrimination et l’exclusion. Ce ne peut être un projet de société viable pour personne, et encore moins pour des jeunes en cours de construction". Malheureusement, les enfants n'ont pas besoin des adultes pour s'évaluer entre eux et identifier la "brebis galeuse", avec parfois une once de cruauté bien connue des cours de récréation…

"Voilà pourquoi il convient de ne pas en rajouter !", répond le technicien. " Il y a en club une notion d’engagement moral qui doit assurer les moyens de l’épanouissement et de la progression du jeune. Par exemple, le temps de jeu doit être réparti de façon équitable. En U15, on peut admettre qu’une équipe disputant la montée privilégie les joueurs les plus susceptibles de l’emporter sur certaines rencontres. Mais, d'une manière générale et à fortiori en école de foot, dès lors qu'un enfant a signé sa licence, il doit bénéficier du même "traitement" que ses camarades, quand bien même il serait beaucoup moins doué". La vocation d'un club amateur de football et la mission d'encadrement (et non pas de résultat) qui incombe à l'éducateur interdisent donc, en théorie, toute discrimination liée à la qualité d'un joueur. Ceci étant - et les éducateurs lisant ces quelques lignes se reconnaîtront - comment utiliser en match un joueur très faible de façon à le valoriser tout en le "protégeant" de ses partenaires ? Car épanouissement, plaisir de jouer et critiques, voire moqueries, n'ont jamais fait bon ménage.


2017.S48.6 Illustration 2"Je vois pas mal d'avantages à le titulariser", explique Pierre Sage. "D'abord, c’est lui accorder un statut autrement plus valorisant que celui d’éternel remplaçant. Et puis, en fonction de l’évolution du score, il m'apparaît plus judicieux de renforcer le niveau technique de l’équipe plutôt que de l’affaiblir. L’enfant peut parfaitement le comprendre". Pour autant, n’est-ce pas rendre service à certains enfants que de les orienter gentiment vers une autre activité lorsqu’on a acquis la certitude que le football n'est pas fait pour eux ? Pierre Sage met en garde : "Il est urgent de se méfier des jugements catégoriques. A la fin de l’année par exemple, la vraie question à poser à un enfant est de savoir s’il a pris du plaisir. Si la réponse est oui, la seule réponse à apporter est de lui proposer de signer une licence pour la saison suivante ! Maintenant, si les difficultés qu’il rencontre sont susceptibles de lui nuire sur un plan mental, alors on peut peut-être l’aiguiller sur d’autres pistes". A méditer …

Comme dans cet article, tout au long de la semaine, nous avons vu qu’il n’y avait aucun prérequis à la pratique du football, si ce n’est peut-être « l’envie de jouer »… Pourquoi ? L’envie de jouer doit émaner de l’enfant et non, de ses parents… L’enfant ne peut-être considéré comme le moyen d’assouvir sa propre passion, voire dans le pire des cas, comme une « tirelire » ! Le football est un jeu accessible à tous. Il se pratique dans un cadre structuré ou non ; mais en aucun cas, il ne doit être une nouvelle barrière… La vie aura bien le temps d’en dresser d’autres !

Nous en finissons avec le thème École de football : Peut-on jouer au football sans un minimum de qualités techniques ? Nous vous donnons rendez-vous dès lundi pour une nouvelle thématique… Merci pour toutes vos réactions durant cette belle semaine,

 

Pierre Sage - Expert Blog Vestiaires, la semaine du coachAuteur : Pierre SAGE
L’expert Blog Vestiaires, la semaine du coach
Twitter : @Pierre__Sage

 

 

Commentaires (2)

  1. dream

Thème interessant. bravo

  Pièces jointes
 
  1. Pierre SAGE

Bonjour,

Voici les résultats du sondage Twitter.

  Pièces jointes
 
Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique