Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault

COMMENT ENCADRER UN GROUPE TRÈS FAIBLE ?

2017.S48.4 JMBRetour sur le Blog Vestiaires, la semaine du coach. Pour répondre à notre problématique de la semaine : École de football : Peut-on jouer au football sans un minimum de qualités techniques ?, lundi, nous rappelions que les clubs avaient un devoir d’accueil et que la technique pourrait se développer par la suite. Hier, nous évoquions la possibilité de mettre en place des groupes de niveau pour individualiser les contenus en fonction des niveaux de maitrise de chacun des joueurs. En 2011 dans Vestiaires 30, Jean-Marc BERTHAUD, ancien CTD du département de l’Ain, nous donnait les solutions à un problème extrême : comment encadrer un groupe très faible ? Voici une sélection de ses réponses : 

Vestiaires #30couv 30 site

Relativiser la notion d'étiquette d'équipe

Dans le discours, il convient dans un premier temps d'affirmer aux joueurs que l'on attache beaucoup d'importance à "tout le monde", tout en relativisant la notion d'étiquette d'équipe. "Il vaut mieux jouer en 2 ici qu'en 1 dans le village voisin, mais il vaut mieux jouer en 3 à l'AJ Auxerre qu'en 1 ici…". Rappelez aux joueurs que ce n'est pas parce qu'un garçon joue en 3 aujourd'hui, que son avenir dans le foot est compromis ! Durant ma carrière de CTD, combien de joueurs ai-je vu se révéler bien plus tard, et d'autres ne pas être à la hauteur des promesses entrevues ? Voilà pourquoi l'encadrement accorde la même importance à toutes les équipes. Les joueurs doivent en prendre conscience. Reste à le montrer dans les actes.

Attacher de l'importance aux résultats de tous

0 Matrice abos articlesLors du premier entraînement de la semaine, il m'apparaît essentiel que l'entraîneur principal analyse le match de toutes les équipes, même sommairement, et même s'il se montre critique. Trop souvent, on ne parle que du résultat de l'équipe 1 ! Or, tous les joueurs doivent se sentir concernés. A ce titre, il convient aussi de s'intéresser aux progrès individuels. Dans les tests de jonglage par exemple, le joueur faible fera toujours moins de jongles que les meilleurs de sa catégorie. Mais si on prend soin de noter ses résultats et qu'on est capable, au mois de janvier ou février, de lui montrer qu'il fait plus de jongles qu'au mois d'octobre, ce sera pour lui une belle source de motivation et de valorisation. Enfin, si l'équipe en question est en difficulté tous les dimanches, l'entraîneur s'évertuera à lui trouver de nouvelles sources de motivation à l'intérieur même de son championnat, souvent hétérogène lui aussi. En lui fixant par exemple l'objectif de terminer en tête des équipes 2 de la poule.

Valoriser ouvertement un joueur faible
Un autre moyen de montrer que l'on accorde de l'importance à tout le monde, est de valoriser ouvertement - lorsqu'on fait une leçon de morale à tout l'effectif de la catégorie - une qualité chez un joueur de la 2 ou de la 3, que n'ont pas certains joueurs de la 1. Vous avez par exemple des joueurs faibles mais qui sont très accrocheurs, et des joueurs talentueux qui manquent de combativité. "Si vous aviez au moins tous la même hargne de Jonathan"... Cela montre aux enfants de l'équipe 2 ou 3 qu'on leur trouve quand-même quelques qualités.

Faire comprendre aux parents qu'on a besoin de tout le monde, même du plus faible

2017.S48.4 IllustrationEn match, veiller à ce que chaque joueur bénéficie, grosso modo, d'un temps de jeu équivalent. Parce que même dans les équipes réserves, on l'a dit, il y a de bons joueurs capables d'aller au-dessus, et d'autres qui sont très faibles. Cela nous amène à savoir gérer les parents. Imaginez que vous menez 1-0 et que vous faites rentrer votre joueur le plus faible. C'est souvent à ce moment-là que les autres égalisent... Dans ce cas, qui n'a pas entendu des remarques du genre : "Pourquoi a-t-il fait rentrer Baptiste ? Et puis il ne fallait pas toucher à la défense !". Voilà pourquoi il est bon de rappeler très tôt aux parents que dans un club, on a besoin de tout le monde. Pour ce faire, sachez mettre en évidence la "valeur" du ou des joueurs très faibles le dimanche où vous êtes juste 11. "Vous voyez pourquoi je les fait jouer d'habitude ? Parce qu'aujourd'hui on est bien content de les avoir avec nous. Sans Baptiste et Kévin, on aurait peut-être fait forfait". Mieux encore, il peut arriver que vous ayez la "chance" d'être mené au score avec votre "bonne équipe faible" et d'égaliser avec la "mauvaise". Alors certes, c'est un peu démago, mais c'est sans doute le moment idéal de le faire remarquer aux parents, dans un sourire. "C'est pas parce qu'il y a untel ou untel qu'on n'est pas capable de marquer un but"…

Ne pas être dans le renoncement avant le match ou à la mi-temps

Le football est l'un des rares sports où le plus faible peut, fréquemment, battre le plus fort. Un match n'est jamais joué d'avance. Tous les ans, des équipes l'emportent 1-0 ou 2-1 dans des confrontations qu'elles perdraient sans doute neuf fois si elles les rejouaient dix fois ! Les joueurs doivent en avoir conscience. C'est aussi un élément de motivation pour l'éducateur. Même avec des joueurs affichant de nombreuses lacunes, on sait qu'à partir du moment où on les connaît bien et que l'on sait bien les gérer, on est capable de battre une équipe plus forte. A condition de ne jamais être dans le renoncement, même si l'on est mené 4-0 à la mi-temps. Il faut savoir reconnaître devant les joueurs la supériorité de l'adversaire, en y mettant les formes, et tout en trouvant des artifices de motivation : "les gars il ne faut pas rêver, je sais bien qu'on ne va pas leur mettre 5 buts. Vous avez bien vu, ils ont beaucoup de deuxième année… Mais moi, j'aimerais bien qu'on en prenne moins de quatre en seconde mi-temps. Et je pense même qu'on peut leur mettre un but. On est d'accord ? Moins de quatre et on met un but !". C'est quelque chose qu'il faut ensuite leur rappeler lorsqu'on va prendre le cinquième, histoire que personne ne lâche mentalement… Sinon, ce peut être la débandade.

Séance : proposer un contenu adapté mais respectueux des joueurs.

2017.S48.4 IntroJ'ai toujours préconisé de constituer des groupes de niveau à l'entraînement, de façon à ce que les joueurs se confrontent dans les exercices à des joueurs ayant les mêmes habiletés. Cependant, je pense qu'il est profitable qu'à un moment donné, l'éducateur de l'équipe 1 encadre sur un atelier les joueurs de la 2 ou de la 3. Si l'éducateur en question devra adapter la difficulté de l'exercice, il lui faudra cependant demeurer respectueux des joueurs et notamment à travers la notion de plaisir. Exemple : le groupe fort fait de la passe courte avec opposition. C'est un exercice plaisant pour les enfants puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'un match déguisé. Et là, sous prétexte que le groupe 4 arrive, vous allez lui demander de faire de la passe courte analytique, en face à face… Je ne dis pas que c'est un travail qu'il ne faut pas faire, mais vous pouvez être sûr que les joueurs vont très vite être jaloux du groupe 1 qui, lui, a fait une forme jouée. Aussi, il convient dans cette situation de proposer aussi au groupe 4 une forme jouée, tout en l'adaptant. C'est-à-dire en agrandissant l'espace de jeu, en mettant moins d'opposition,etc... Il faut que les joueurs éprouvent le même plaisir, qu'ils ne se sentent pas frustrés ! Attention, la frustration sera la même si, sous prétexte de leur faire plaisir, vous annoncez : "nous, on va faire un petit match". Ils se diront "il se fout de nous" ! Et c'est pire si, pendant ce petit match, vous ne corrigez rien… En parlant des corrections, je pense qu'il faut être respectueux mais franc avec eux, tout en les encourageant à mieux faire : "vous n'êtes pas des pros, les gars, vous avez des difficultés. Alors c'est normal de rater un contrôle, une passe... Par contre, vous avez une tête, comme les pros. Alors servez-vous en !".

Un dernier paragraphe qui fait vraiment écho avec les aménagements proposés hier pour simplifier la situation d’apprentissage. Demain, nous vous communiquerons d’autres informations pour gérer l’hétérogénéité au sein de votre groupe. D’ici là, merci de nous laisser vos commentaires ici ou sur les réseaux sociaux de manière à enrichir le débat. À demain,

 

Pierre Sage - Expert Blog Vestiaires, la semaine du coachAuteur : Pierre SAGE
L’expert Blog Vestiaires, la semaine du coach
Twitter : @Pierre__Sage

 

Commentaires (1)

  1. passionné

Pour moi , il n'existe pas de joueurs faibles. Expression à bannir devant un joueur ou un groupe de joueurs. Je préfère dire qu' il y à de très bons joueurs, des bons joueurs et des joueurs qui doivent progresser ou bien des joueurs qui doivent...

Pour moi , il n'existe pas de joueurs faibles. Expression à bannir devant un joueur ou un groupe de joueurs. Je préfère dire qu' il y à de très bons joueurs, des bons joueurs et des joueurs qui doivent progresser ou bien des joueurs qui doivent encore plus s'investir pour monter leur niveau.
n'oubliez pas que les jeunes ou séniors répètent les expressions des coachs entre eux et là cela peut être terrible pour celui qui est ciblé

Lire la suite
  Pièces jointes
 
Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Une lettre d'info technique chaque lundi
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique