Votre panier est vide

0
0
0
s2sdefault


Management football : La trêve estivale, la phase de repos du coach

Management football : La trêve estivale, la phase de repos du coach

Le Blog Vestiaires est par essence un espace d’échanges, dynamique… Pour être opérationnels, nous savons pertinemment que des temps de repos physique et cognitif s’imposent. Comment exprimer 100% de son potentiel sans laisser les batteries se recharger ? À l’image d’un principe fort de la périodisation tactique qui consiste à ne pas s’entrainer à J+1 du match joué en raison de la fatigue mentale, les coaches doivent s’accorder de temps en temps une sortie sur une aire de repos car l’autoroute de la saison sportive se parcourt à plein régime. La trêve estivale est la période la plus longue disponible pour cette « inactivité » footballistique. Certes, les saisons se chevauchent, sont de plus en plus longues mais pour être efficace, il est nécessaire de se ménager, voire de rentrer pleinement dans les autres sphères qui composent notre quotidien : la famille, l’activité professionnelle, les loisirs ou autres… La trêve estivale, la phase de repos du coach retrace un acte tout aussi important que ceux qui nous envisageons pour nos joueurs de manière à les rendre performants. Pour s’occuper des autres, il faut aussi s’occuper de soi !

TAGS: ,

0
0
0
s2sdefault


FIN DE SAISON : SACHEZ ENCAISSER LA CRITIQUE

Comme lors de toute fin de saison, nombre d'entraîneurs n'échappent pas à la critique de la part de leurs dirigeants ou des médias, parfois des deux. Savoir les accepter, y faire face voire y répondre fait partie de la panoplie de tout bon entraîneur qui se respecte. Lionel Bellenger, Maître de conférences à HEC et intervenant au DEPF, vous donne quelques conseils : "D'une manière générale, les critiques renferment une notion d'interprétation de la réalité et surtout un jugement. Elles sont toujours désagréables à entendre, et certaines peuvent aller jusqu’à déstabiliser un entraîneur, voire le remettre en cause personnellement. Pour autant, il est possible d'apprendre à les encaisser plus facilement. Premier conseil : sachez entendre la critique, la laisser s'exprimer, sans la réfuter. Evitez le vieux réflexe du "je ne suis pas d’accord, ce n’est pas vrai…".

"Dans l'échange avec votre antagoniste, évitez la réponse qui, sous l'effet de l'émotion, fuse du tac au tac. Cette réponse impulsive, dictée par le cerveau reptilien…"
Attention, l’accepter ne veut pas dire s’y soumettre, mais l'accueillir en conscience, avec une réelle qualité d'écoute. Une fois cette étape franchie, questionnez votre interlocuteur autour de la critique formulée, de son bien fondé, en évitant tout positionnement catégorique. Ne faites pas les questions et les réponses ! Surtout, lorsque votre antagoniste reprend la parole pour s'expliquer, évitez la réponse qui, sous l'effet de l'émotion, fuse du tac au tac. Cette réponse impulsive, dictée par le cerveau reptilien, n’offre aucune garantie sur ce que cela peut donner et jusqu’où ça peut aller… Une technique assez simple consiste à répondre à une question par …une question : "Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? Qu’entendez-vous par ?". L’explication de la critique par son émetteur est souvent identique lors de cette reformulation, mais pas toujours… Parfois, elle diffère et vous aide alors à mieux la contredire. Et pour cause : encaisser la critique, c’est aussi y répondre. Dans un deuxième temps, il convient donc de proposer l’analyse que l’on fait de la situation, en s’appuyant sur des éléments factuels, sans polémiquer. Durant ce temps d’analyse, le ton sera calme et posé, l’attitude positive (même si ce n'est pas toujours facile). Il s’agit de doser, de nuancer son point de vue car, la plupart du temps, on partage une (petite) partie de la critique. 

"Sans aller jusqu’à la considérer comme un "conseil", la critique doit être perçue comme un "matériau" pour progresser"
Enfin, le dernier aspect concerne ce que j'appelle "le parti pris d’optimisme" : le problème est moins les critiques qui me sont formulées que ce que je vais en faire. Autrement dit, comment je m’approprie la critique, comment je la transforme ? Dès lors, l’objectif n’est plus de clouer le bec à son interlocuteur, mais bien de prendre la critique comme une incitation à progresser, à aller plus loin. Sans aller jusqu’à considérer la critique comme un conseil, celle-ci doit être perçue comme un "matériau" sur lequel s’appuyer pour progresser. A condition de savoir garder une attitude explicative, en dépit parfois de l'agressivité de son interlocuteur. Un entraîneur sous-pression peut vite tomber dans le panneau de la colère. Si je ne suis pas pour le maniement de l’ironie (voir encadré), je trouve que la maturité du coach lui permettra, dans ces moments-là, de se sortir de cette "agression" en parvenant à ne pas la considérer comme telle".  

6 erreurs à éviter
1- Réfuter la critique.
2- Réagir (et répondre) du tac au tac, sous l'effet de l'émotion.
3- Prendre une position catégorique qui ne laisse pas de place à l'échange.
4- Adopter une attitude défensive.
5- Perdre sa lucidité, se mettre en colère.
6- S’en prendre à la personne plutôt qu’à ce qu’elle a dit.

 

0
0
0
s2sdefault


Tactique football : la coupe du monde, c'est aussi une opportunité pour l'éducateur que vous êtes...

Tactique football : la coupe du monde, c'est aussi une opportunité pour l'éducateur que vous êtes...

Le Blog Vestiaires se met au rythme de la coupe du monde en Russie ! Nous attendions tous ce moment, cet événement sportif pour le côté convivial qu’il apporte : regarder les matches entre amis, partager un barbecue et quelques chips… mais aussi pour son côté émotionnel qui peut nous mettre dans tous nos états. Mais la coupe du monde, c’est aussi une opportunité pédagogique pour l’éducateur que vous êtes… En enfilant votre paire de lunettes de techniciens en perpétuelle formation, vous pouvez appréhender l’ensemble des rencontres dans le but d’atteindre des objectifs pédagogiques que vous aurez vous-même fixés ! Le point de départ étant la réponse aux questions, « quelles sont mes envies ? », « quelles sont mes attentes ? », « quelles sont mes besoins ? »…

0
0
0
s2sdefault


La Coupe du Monde, M'sieurs-dames !

Allez, autant le dire tout de suite, ce match d’ouverture de la 21ème édition de la coupe du monde, opposant la Russie à l’Arabie Saoudite, n’aura jamais atteint des sommets. La faute à des "Faucons verts saoudiens" scotchés au sol par trop d’approximations techniques et qui ne seront donc jamais parvenus à prendre leur envol face aux hommes de la Sbornaya. À l’exception de quelques belles séquences de conservation collective des hommes de Pizzi en 1ère mi-temps, l’écart entre les deux formations hier s’est révélé trop important pour que le suspens y trouve son compte. L’Histoire retiendra que les locaux auront donc fait trembler à 5 reprises les filets de leurs opposants du jour et que la quatrième réalisation inscrite d’une frappe délicieuse autant que brutale de l’extérieur du pied gauche concourra vraissmblablement au rang des plus beaux buts du Mondial. Mais aurait-on assisté à un affligeant 0-0 que nous n’aurions pas boudé notre plaisir pour autant. En fait, pour peu qu’on ne soit ni Saoudiens, ni pro-Poutine, l’essentiel se tenait ailleurs et ne saurait se résumer au simple exposé des actions, des buts et au cumul des maigres émotions.

0
0
0
s2sdefault


Coup de pied arrêté football : Comment désigner les tireurs ?

L'importance des coups de pied arrêtés en football (1 but sur 3 en moyenne) n'est plus à démontrer. Mais des questions subsistes : comment désigner les tireurs ? A quel moment ? Doit-on garder les mêmes tout au long de la saison ? Peut-on en changer au dernier moment en fonction de l'intuition de tel ou tel joueur qui "le sent bien" ? Denis Troch, consultant, formateur et ancien entraîneur professionnel, nous livre sa conception des choses. Une version légèrement décalée des us et des coutumes habituelles :

0
0
0
s2sdefault


ADIEU FRANCIS

2018.S23 Intro

Revenir sur le Blog Vestiaires après une si mauvaise nouvelle n’est pas une mince affaire ! Comment parler de football sans rendre hommage à ce très grand Monsieur disparu hier ? Francis SMERECKI nous a quittés et il laisse derrière lui un grand vide… Fidèle à Vestiaires, fidèle au football, toutes les personnes qui l’ont côtoyé en tant qu’entraineur ou formateur garderont forcément le souvenir d’une personne impliquée, passionnée, ouverte et remplie de valeurs humaines. Pour que ses belles idées restent à jamais, nous avons choisi aujourd’hui de revenir sur l’entretien qu’il nous avait accordé en 2013 dans Vestiaires 49 lorsqu’il était sélectionneur de l’équipe de France U19. Morceaux choisis d’un échange plein de sagesse où le propos transpire l’authenticité, le discernement, l’intégrité et l’expertise.

Sous-catégories

ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Newsletter hebdomadaire en lien avec le BLOG
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Abonnez-vous
MAINTENANT

et recevez ce magazine

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique