Votre panier est vide

0
0
0
s2sdefault

 

Jeu de position contre football de projection, le retour du débat….

Le constat ne réjouira pas tout le monde, mais la très large victoire de l’équipe des Pays-Bas contre les Allemands Samedi à Amsterdam (3-0) conforte  pour bon nombre d’observateurs une tendance forte du Mondial Russe.

En dépit d’un pourcentage de possession de balle plus important, les allemands encaissent un sévère 3-0.

D’un côté, une équipe d’Allemagne désireuse d’imposer son rythme en s’appuyant sur une possession de balle supérieure (voir photo), de l’autre des néerlandais privilégiant un jeu vertical et pragmatique. Comme il se doit, le résumé est très largement caricatural et ne reflète que très imparfaitement l’empilement et l’enchevêtrement des différentes séquences lors d’une rencontre de football. Du moins a-t-il le mérite de citer les deux options philosophico-tactiques majeures du moment. Pour ce qui est de samedi, les tenants du bloc bas et des contres-éclairs ont donc mis la tête sous l’eau aux partisans du jeu de position. 60 % de possession de balle, 21 tirs dont (seulement) 4 tirs cadrés, les hommes de la Mannschaft n’ont pourtant pas ménagé leur peine. Ceci pour signifier que les commentaires faisant part d’une « raclée subie par les hommes de Low » et autres amabilités dans le genre ont très mal traduit la qualité globale de la prestation allemande.

Ceci nous amène à deux remarques : 

0
0
0
s2sdefault

 

La passe donnée à contrepied, l’arme fatale ?

33 tirs dont 17 cadrés, près de 70 % de possession de balle, de l’allant, du talent pour un score sans appel (6-1).Hier soir (2ème journée de la champion’s League), Le PSG a surclassé ses adversaires de l’Étoile Rouge. Cependant, contrepied, nous avons choisi de nous attarder sur le but des serbes pour illustrer notre propos. Le sujet ? Le contrepied précisément ! 

0
0
0
s2sdefault

 

Tactique football : La surprenante victoire (3-1)  de West Ham samedi contre Manchester United illustre les difficultés d’animer un 3-5-2 contre un 4-4-2 à plat.

Le plan de Mourinho aura donc échoué. Défaits contre West Ham, les coéquipiers de Pogba se sont inclinés une nouvelle fois contre les Hammers. Au-delà de la crise qui couve chez des Reds, ce match a aussi incarné l’affrontement tactique de 2 systèmes. 3-5-2 contre 4-4-2. Sur le papier, supériorité numérique sur les côtés pour le 4-4-2 à plat contre supériorité pour le 3-5-2 dans les half-spaces (voir schéma). Fort heureusement le football ne se joue pas sur papier. Ce qui n’empêche pas de se pencher sur l’opposition de style. 

0
0
0
s2sdefault


Le meilleur thème du monde ?

 « En football, il y a ceux qui savent et ceux qui font. Les entraîneurs, généralement, sont ceux qui savent et les joueurs ceux qui font. Pas au Barça où certains joueurs en plus de faire, savent déjà... » La phrase, signée Raynald Denoueix (les vérités du terrain éditions Marabout), rejoint sans trop de surprises celle relayée par Richard Torquemada dans l’ouvrage Formula Barça : « Pour que la possession soit efficace, nous devons déchiffrer où se trouvent les espaces vierges, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, devant ou derrière la défense. C’est la première étape pour bien attaquer, pour savoir où vous pouvez faire des dégâts ». Dans les deux cas, on notera l’utilisation et la prédominance du verbe « savoir ». Savoir pour jouer, jouer pour savoir (mieux jouer), les deux hommes mettent l’accent sur la dimension éminemment cognitive de la pratique. À cet égard, le rôle essentiel du coach consiste dès lors à ménager les conditions de l’acquisition de ces savoirs par les seuls individus qui seront à même de les décliner sur le terrain : les joueurs.

0
0
0
s2sdefault


HOFFENHEIM : Une équipe surprenante, un coach innovant !

Julian Nagelsmann vous connaissez ? Si non, la chose ne devrait pas durer tant le technicien allemand semble promis à un brillant avenir. Non content d’être le plus jeune entraîneur ayant jamais entraîné une équipe en Champion’s League (31 ans !), le coach d’Hoffenheim se caractérise par l’inventivité et l’originalité des animations de jeu de sa formation. Jugez plutôt :

 

0
0
0
s2sdefault


A-t-on encore besoin des systèmes de jeu ?

Les systèmes de jeu valent pour repères et ne sont pas des carcans tactiques.
Comme l’atteste le match du Barça hier contre le PSV Eindhoven (4-0).

Selon les manuels, le système de jeu se définit par « la répartition géographique des joueurs sur le terrain». Définition traditionnellement complétée par le deuxième pilier de la rhétorique tactique : « Oui, mais ce qui compte c’est l’animation de jeu ». Toutefois, l’évolution du football fait qu’il devient parfois très difficile de cerner dans quel dispositif évoluent certaines formations ; ou du moins que les animations mises en place empruntent à deux systèmes à la fois. En atteste l’exemple du FC Barça hier contre le PSV Eindhoven (1er match des poules de Champion’s League le 18/09/2018).

 

Sous-catégories

ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Une lettre d'info technique chaque lundi
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Abonnez-vous par
et recevez ce magazine



Voir le sommaire

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique