Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault


Match football : Baisser de rideau...

On oublie parfois de le préciser, mais Dieu que c’est triste une fin de saison. Et que dire alors d’une fin de carrière ? Comme un certain nombre de vieux joueurs, votre modeste serviteur vient de vivre son ultime match officiel. L’honnêteté oblige à dire que le football n’y perdra pas grand-chose. Vitesse, accélération, tout cela était déjà tombé au plus profond dans la malle aux souvenirs bien avant même que l’arbitre ne siffle les trois coups actant l’issue de la saison. Dans les vestiaires tout en rendant son maillot, on écoute les collègues dessiner les contours d’un futur auquel on ne prendra plus part. On fait mine, on argumente, on évoque la raison alors que tout en nous crie au scandale, à l’injustice et au blasphème. Car on comprend soudainement que c’est la fin du bal. Bien sûr, on assistera encore aux flonflons de la fête mais calé au fond des fauteuils ou sur les bancs alentours, car voilà déjà que s’ancre la terrible certitude : ce sont d’autres qui fréquenteront désormais la piste de danse. On a beau faire, l’intellect ne se résout pas à ce que le corps exige. On s’indigne aussi : celui-ci, de 25 ans votre cadet s’interroge sur le fait de repartir ou pas pour une nouvelle saison. Un type qui vous rend 30 mètres sur 40, un jeune en parfait état de marche ! Ou plus précisément en parfait état de course. On ne le dira pas bien sûr, mais le fait est qu’on lui en veut au moins autant qu’on l’envie. Pour un peu, on demanderait à un Docteur Jeckyll de passage de procéder à l’ablation de ses tendons juvéniles, de ses genoux parfaitement huilés, de ses hanches souples pour les greffer sur votre corps en déliquescence. Non, mais disposer d’une chance aussit insolente et se poser des questions pareilles, c’est un peu comme trouver un billet d’un million d’euros sur le trottoir et se demander si l’on va se baisser pour le ramasser !

Un message aux hésitants de la saison prochaine…

Et puis quoi encore ? Sous la douche, on se sent comme un amoureux éconduit. On prolongerait bien cette passion absolue et ancienne, mais la belle a jeté son dévolu sur un plus jeune, un plus fringant, un moins grinçant. Parce qu’il faut bien l’avouer, les courbatures du lundi se prolongeaient dorénavant jusqu’au vendredi, et 100 mètres d’une course autrefois légère vous en paraissaient 1000 d’un pas éléphantesque. Il n’y aurait pas lieu d’en faire une chronique si le constat affligeant n’évoquait là qu’un drame bien commun et dérisoirement personnel. Disons qu’il s’agit là tout au plus de l’occasion idoine pour délivrer un message aux hésitants de la saison prochaine. Pas un conseil non, juste l’expression d’un hommage que l’automne rend au printemps : jouez, jouez, tant que vous le pourrez ! Coachez certes, transmettez, mais ne vous arrêtez pas avant que vos muscles, vos ligaments et tout le bastringue attenant ne vous oblige à rendre les armes. Jouez à bout de souffle, à corps perdu, déraisonnablement car la raison implique ici d’oublier de s’y rendre. Jouez, perdez, gagnez, affligez-vous de vos contrôles ratés, de vos passes dévissées, jubilez à chaque fois que les filets adverses trembleront, même si vous n’y êtes pas pour grand-chose, enivrez-vous de ballons, de courses, de joies collectives ou de dépit, mais jouez jusqu’aux bouts de vos forces éclatantes ou déclinantes. Parce que si la vie n’est pas toujours la fête annoncée, le football, lui, demeure ce jeu à l’incomparable capital de joie. Cela valait peut-être quelques lignes…

Olivier GOUTARD
Coordinateur de la rédaction
Vestiaires Magazine

Commentaires (1)

This comment was minimized by the moderator on the site

très beau texte pour un au-revoir

Michel NICOLAS

Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

  1. Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Newsletter hebdomadaire en lien avec le BLOG
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique