Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault


Entrainement football : Un modèle de révolution !

Ce quatrième jour de la semaine nous amène en Allemagne. Vestiaires publiait en février 2012 un dossier complet sur « La révolution du football allemand ». La question de l’opposition ou de la complémentarité des méthodes analytique et globale prend ici une nouvelle envergure avec les aspects athlétiques et mentaux du "jeu typiquement allemand", fait de rigueur et d'engagement physique.

Vestiaires #35

En ouverture du dossier, une chronologie de cette révolution est décrite. Cet extrait donne le ton sur les mesures adoptées et les orientations choisies.

Vestiaires #35

Une nouvelle génération d'entraîneurs et de joueurs a fini de donner un nouveau pli au football allemand

Dans la foulée, un poste de DTN est créé sur le modèle français. Il est dévolu à Matthias Sammer, Ballon d'Or 96, adepte d'une rigueur et d'un esprit de compétition sans faille. Chaque club pro est obligé désormais d'avoir un centre de formation. Mieux vaut tard que jamais. En sélection, Joachim Löw remplace Klinsmann. Il a enfin les mains libres pour imposer sa recette. Au menu : passes courtes, mouvement permanent et jeu vers l'avant. La révolution est en marche. Plus que jamais, on s'éloigne du "jeu typiquement allemand", fait de rigueur et d'engagement physique. La métamorphose est favorisée par l'arrivée en sélection de joueurs issus de l'immigration. Une première. Özil, Podolski, Boateng…, ils apportent cette petite touche de folie ayant longtemps fait défaut aux "grands pros" allemands, contraints jusque là de se tourner vers d'autres pays comme la France pour importer un surplus de qualité technique. Parallèlement, le travail de formation amorcé au début des années 2000 a commencé à porter ses fruits. Une nouvelle génération d'entraîneurs et de joueurs (Götze, Müller, Khedira…) a fini de donner un nouveau pli au football germanique, cité de nouveau en exemple pour sa compétitivité mais aussi, chose nouvelle, pour la qualité de son jeu… et de sa formation ! Au point de faire figure aujourd'hui de favori pour l'Euro 2012. En quinze ans, l'Allemagne a bel et bien fait sa révolution. "Le profil du joueur allemand a changé, c'est indéniable", reconnaît Jean-Marc Kuentz, responsable de la formation au Racing Club de Strasbourg, habitué aux confrontations transfrontalières. "Avant, il savait bien faire ce qu'on lui demandait à son poste. Il était robuste et discipliné. Aujourd'hui, il y a plus de créativité".

Virage à 180° ? Pas tout à fait car les éléments de culture restent au goût du jour.

Pierre Jacky, CTR de la Ligue d'Alsace, au gré de ses observations de l'autre côté du Rhin (constate que) "Dans la mentalité, les Allemands sont plus conséquents. Ce que résume bien leur dicton : Wenn schon, denn schon ("Tant qu'à le faire, on le fait bien", NDLR")". Avec de tels atouts qui ne datent pas d'hier, auxquels a été ajouté un nouveau savoir-faire à tous les niveaux, le football allemand a non seulement comblé son retard, mais a dépassé la plupart des nations européennes, dont la France, sans aucun doute. Franz Beckenbauer peut se (ren)dormir sur ses deux oreilles.

ZEDLER

Mais quid des méthodes d’entrainement ? Comment le jeu allemand s’est-il construit ? Dans sa longue interview, Peter ZEIDLER, ancien entraîneur du TOURS FC et actuellement, en poste au FC SOCHAUX MONTBÉLIARD, se lance dans un comparatif entre les pratiques françaises et allemandes. Ses constats sont sans équivoque et démontrent en quoi l’approche du football et les méthodes qui en découlent sont les pierres angulaires de cette révolution ! Extraits.

Cette "championnite" entraîne chez nous des comportements inadéquats, que ce soit au niveau des éducateurs, des joueurs ou des parents… Est-ce le cas aussi en Allemagne ? Bien-sûr. Je dirais même qu'au niveau amateur, il y a des choses plus positives en France. J'aime beaucoup par exemple l'ambiance qui entoure un match de jeunes, avec le goûter après la rencontre. C'est quelque chose qui n'existe pas chez nous. Autre particularité que j'ai découvert ici et qui m'impressionne à chaque fois que je vais voir ma fille, en U13 : les parents qui font la touche et qui prennent cette "mission" très au sérieux. Jamais on ne le ferait en Allemagne ! Je trouve ça très sain et positif. Après, ce que je vois à l'entraînement, dans le contenu des séances, c'est autre chose… 

Que voulez-vous dire ? Pour moi, c'est trop tactique. En U13 toujours, il m'arrive de voir des mises en place sans ballon, où l’on apprend le coulissage, etc… Alors certes, à cet âge-là, il faut commencer à sensibiliser le joueur sur les aspects collectifs du jeu, mais là c'est exagéré.

Vous pensez que c'est général au football français à la base ? D'après ce que j'entends et ce que je vois, oui. On veut trop imiter les pros. Il y a de la qualité chez les éducateurs, de l'investissement aussi car la plupart sont bénévoles, mais cet aspect très tactique de l'entraînement avec des enfants de 12-13 ans me choque. Tout devrait partir du jeu.

Quelles conséquences selon vous ? Techniquement, les jeunes Français sont très forts, mais ils ne jouent pas ensemble. Quand j'assiste à des matches de jeunes, je ne vois quasiment jamais de une-deux, par exemple ! En revanche, le garçon qui contrôle de la poitrine et enchaîne une passe de 20 mètres à 12 ans, vous ne voyez pas ça en Allemagne… Mais cela reste de la technique individuelle. On oublie, je pense, de la réinvestir dans le jeu.

En Allemagne, c'est moins technique mais ça joue davantage, c'est ça ? Oui, on peut dire ça comme ça. Chez nous, la qualité de passe est souvent insuffisante et c'est un problème. Mais on est plus axé sur le jeu, sur la liberté d'expression. À 7 ou 8 ans, il est normal que les joueurs soient tous là où se trouve le ballon. C'est un comportement naturel. En revanche, assister à des 8 contre 8 avec marquage individuel comme je l'ai vu ici, où l'éducateur dit à l'arrière droit : "tu t'occupes de l'ailier gauche, le n°8", je ne trouve pas ça naturel. Pour moi, on apprend en jouant. Et puis qu'est-ce que l'enfant vient chercher à l'entraînement ? D'abord le plaisir de s'amuser.

« Tout devrait partir du jeu », « Réinvestir la technique individuelle dans le jeu », « On apprend en jouant ». Autant de vérités qui nous amènent à une constante, l’intelligence de jeu et le développement des moyens qui mènent à jouer doivent être envisagés en contexte, c’est à dire dans le jeu lui-même. Un bon point pour le Global !

Affaire à suivre dès demain…

 

Pierre Sage - Expert Blog Vestiaires, la semaine du coachAuteur : Pierre SAGE
L’expert Blog Vestiaires, la semaine du coach
Twitter : @Pierre__Sage

Retrouvez de nombreux articles sur l'entrainement football :

Entrainement football : Analytique ou global - La passe courte sous forme globale

Entrainement football : Commencer la séance par le jeu, pour apprendre plus vite et mieux

Entrainement football : Comment encadrer un groupe très faible ?

Entrainement football :Comment utiliser son élément le plus faible ?

Entrainement football : Concevoir une situation d’apprentissage

Entrainement football : Conduire une situation d’apprentissage

Entrainement football : Différencier les temps de jeu defensifs

Entrainement football : Évaluer une situation d’apprentissage

Entrainement Football : Coordonner dans les courses libération et prise d’espace

 

 

Commentaires (6)

This comment was minimized by the moderator on the site

Superbe article encore une fois. Merci.

Voici mon apport.

"Coordinateur sportif dans mon club, je suis amené à animer des séances U15, U17, U19 ou seniors et je me rends souvent compte que les joueurs sont rarement dans la réflexion. Il est...

Superbe article encore une fois. Merci.

Voici mon apport.

"Coordinateur sportif dans mon club, je suis amené à animer des séances U15, U17, U19 ou seniors et je me rends souvent compte que les joueurs sont rarement dans la réflexion. Il est donc pour moi essentiel que cette méthode soit insuffler dès le plus jeune âge et que les éducateurs d'un même club travaillent dans cet état d'esprit. Le joueur téléguidé au bord du terrain, non pour moi !"

Je fais le même constat que Sebastien au fil de mon expérience d'éducateur. Il manque une reflexion au jeu chez beaucoup de joueurs. Toutefois, je pense que c'est une qualité très "spécial" et très rare. Peut être que Pierre peut confirmer avec son expérience.

Une des visions australiennes est d'axé le developement des 9-12 ans sur la technique et les bases de positionement et de communication (avec ballon et sans ballon). Pourquoi? Parce que dans sa vision du "Comment doit jouer l'equipe Australienne", Il y a une grande importance faite au joueur "Spécial". Le Zidane, l'Iniesta, le Ronaldo, le Messi. L'Australie est convaincu qu'il faut des enfants très doués et énormément de temps de pratique et d'apprentissage dès le plus jeune âge pour "créer" un ou des joueurs spéciaux, capable de faire gagner l'équipe.

Donc ici aussi, je ferais le même constant que Pierre Jacky: l'expression individuelle est valorisée. Mais là encore, il y a une raison car dès 13 ans, l'ensemble du curriculum est axé sur l'utilisation des ces qualités dans un contexte d'équipe.

[img]https://image.slidesharecdn.com/ffanationalcurriculum2013-141015033801-conversion-gate01/95/the-roadmap-to-international-success-ffa-national-curriculum-2013-30-638.jpg?cb=1413344929[/img]

Dans l'image ci-dessus, il y a une corrélation entre les catégories d'âges et le parcours scolaires.
Entre 7-12 ans, c'est toujours l'école primaire en Australie. Après 13 ans, c'est la grande école (high school), ce que j'ai appris en primaire, je vais l'utiliser pour mener une reflexion plus globale.

En éspérant avoir apporter au débat.

Nico

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

Nicolas, merci pour cet apport !

Concernant l'intégration d'images, il faut utiliser le bouton en bas à gauche de la zone de commentaire (Cf PJ).

Par rapport à "Il manque une reflexion au jeu chez beaucoup de joueurs. Toutefois, je pense que...

Nicolas, merci pour cet apport !

Concernant l'intégration d'images, il faut utiliser le bouton en bas à gauche de la zone de commentaire (Cf PJ).

Par rapport à "Il manque une reflexion au jeu chez beaucoup de joueurs. Toutefois, je pense que c'est une qualité très "spécial" et très rare. Peut être que Pierre peut confirmer avec son expérience. ", je répondrais juste que ce sont des connaissances qui se développent par les situations d'apprentissage, le questionnement car nous visons trois types de connaissances : perceptives (indices pertinents dans l'environnement, la situation de jeu), déclaratives (connaissance du jeu, solutions aux problèmes rencontrés) et procédurales (leur mise en oeuvre).

Merci encore,

Lire la suite
Dernière édition du commentaire il y a environ 1 an par Pierre SAGE Pierre SAGE
Pièces jointes (1 / 3)
This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour,
Au fil des saisons et de mon parcours d'éducateur, je suis de plus en plus sensible au fait de rendre les joueurs acteurs de leur jeu, qu'ils prennent des initiatives, fassent des choix. C'est ça pour moi l'intelligence de jeu. Et je...

Bonjour,
Au fil des saisons et de mon parcours d'éducateur, je suis de plus en plus sensible au fait de rendre les joueurs acteurs de leur jeu, qu'ils prennent des initiatives, fassent des choix. C'est ça pour moi l'intelligence de jeu. Et je pense que la pédagogie à adopter à travers des jeux ou situations est essentielle pour y parvenir (arrêt sur image, questionnement). Coordinateur sportif dans mon club, je suis amené à animer des séances U15, U17, U19 ou seniors et je me rends souvent compte que les joueurs sont rarement dans la réflexion. Il est donc pour moi essentiel que cette méthode soit insuffler dès le plus jeune âge et que les éducateurs d'un même club travaillent dans cet état d'esprit. Le joueur téléguidé au bord du terrain, non pour moi !
A vous lire...

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

Merci Sébastien pour ce partage d'expérience...

En attendant des réactions des autres internautes, je vous livre mon point de vue sur le sujet.

Je constate que plus le public est âgé, plus il a des représentations sur le "comment jouer" mais...

Merci Sébastien pour ce partage d'expérience...

En attendant des réactions des autres internautes, je vous livre mon point de vue sur le sujet.

Je constate que plus le public est âgé, plus il a des représentations sur le "comment jouer" mais aussi sur le "comment être entrainé". Cette situation n'est pas irrévocable mais elle demande du temps, celui de "la défragmentation" pour permettre une reconstruction future des connaissances !

Je vous rejoins dans ce principe d'utiliser dès le plus jeune âge des pédagogies actives... même si cela ne correspond pas tout à fait aux méthodes franco-françaises d'enseignement (d'antan ?).

Je me permets de vous proposer 2 articles pour aller un peu plus loin (Merci Fabien Dupuis pour le partage) :
- Top 5 et Flop 5 des pédagogies actives, ludiques et participatives : avantages et inconvénients
- 5 principes essentiels issus des neurosciences pour mieux favoriser l’apprentissage en formation

Je pense que ces informations adaptées à nos pratiques d'éducateur sportif peuvent nous donner de nouvelles idées, de nouveaux outils.

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

Aujourd'hui j été en formation du module cff4, que belle module! Je regrette de ne pas l avoir fait en première parce que il t' ouvre des idées sur certains chose qu' il ne sont pas valable que pour le projet du club mais même pour la gestion de...

Aujourd'hui j été en formation du module cff4, que belle module! Je regrette de ne pas l avoir fait en première parce que il t' ouvre des idées sur certains chose qu' il ne sont pas valable que pour le projet du club mais même pour la gestion de sa propre équipe ! La chose la plus importante que j appris c est qu' il faut bien OBSERVER pour COMPRENDRE et en suite AGIR, et si UN de cettes actions il n est pas fait finalement tu ne trouverai pas la bonne solution pour résoudre le problème... Et donc en fait je croit que c est la même chose avec son groupe, il faut observer l ensemble et voir d abord de quoi ils ont plus besoin. Ils ont des carences sur le fondamentaux ? Alors il faut peut être ciblé certains choses avec plus de répétition plutôt que d autre...Ils ont des lacunes plus importantes dans le mouvements et à si réparer dans le terrain? Bhe alors il faut c est concentré plus sur le GLOBAL... Bref je commencée à croire qu il ne faut pas tout jeter dans un côté et même pas dans l'autre mais trouver le bonne percentage!

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

Merci Pierre pour cette documentation que je ne manquerai pas de lire tranquillement dès ce soir.

Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

  1. Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Newsletter hebdomadaire en lien avec le BLOG
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Bonjour,

Pensez à vous inscrire à
notre lettre d'info technique